Le printemps approche à grands pas et certaines de vos plantes apprécieront de changer de pot. D’autres, achetées récemment dans le but d’être transplantées dans la plate-bande de votre jardin, doivent être extraites du pot dans lequel elles ont poussé pour être mises en terre. Suivez notre article, pas à pas, pour rempoter ou transplanter vos plantes dans les règles de l’art. 

Matériel nécessaire pour la transplantation 

Terre et matériel de drainage

Chaque plante a besoin d’une terre appropriée. Grossière erreur que de ne pas choisir une terre adaptée à la variété de votre plante.  
Les plantes acidophiles, par exemple les azalées, les rhododendrons, les bruyères et les camélias, apprécient une terre au pH inférieur à 7. Ce type de terre est vendu sous le nom de terre de bruyère ou terre pour plantes acidophiles. Les cactus et les plantes grasses préfèrent quant à eux une terre peu compacte et poreuse qui facilite le drainage, ceci dans le but d’éviter les risques de stagnation et donc de moisissure au niveau des racines.  

Le terreau universel est adapté à un grand nombre de plantes. De plus, on observe des différences entre les différentes marques. Certaines proposent une terre composée de petites billes (ces billes qui ressemblent à du polystyrène), d’autres sont composées de compost à dissolution lente (en forme de boulettes jaunes). 

Choisir l’une ou l’autre de ces terres dépend du lieu où pousse la plante et du type d’arrosage dont elle a besoin. Par exemple, il est préférable d’utiliser un substrat qui retient l’eau, si vous utilisez un pot de petite taille qui va être exposé au soleil tout au long de la journée. Sinon, la plante va manquer d’eau et va souffrir de stress hydrique

Pour vos plantes d’intérieur, préférez un substrat qui offre un bon drainage. Vous pouvez le rendre plus efficace en y ajoutant des perles. 

Sortez la motte avec soin en tenant la plante entre vos doigts et faites attention à ce que la terre ne se décomptacte pas. Aidez-vous de vos mains.

Pour que vos plantes poussent encore mieux, vous pouvez améliorer la terre de votre jardin. Les terres argileuses sont moins compactes si vous y ajoutez du sable et de la matière organique, comme du fumier. La matière organique aide les terres plus sableuses à se compacter. Les engrais naturels ou la tourbe sont parfaits pour ça. 

En ce qui concerne le matériel de drainage, il est préférable d’utiliser des billes d’argile ou de terre volcanique. Veillez à les disposer en fine couche au fond du pot ou directement dans le trou creusé dans le sol. C’est le cas pour certaines variétés comme pour les plantes à bulbes. Ceci empêche l’eau de stagner et de pourrir les racines. 

Outils de jardinage 

Vous allez avoir besoin de gants de jardinage pour protéger vos mains. Une pelle de petite et/ou moyenne taille (tout dépend si vous décidez de transplanter vos plantes dans un pot ou en pleine terre). Une bassine ou un seau et un arrosoir. Pour planter des bulbes, vous pouvez vous aider d’un plantoir à bulbes. C’est un outil qui vous permet de former des trous très facilement grâce à sa forme arrondie au bout. 

Comment transplanter pas à pas 

Observez les racines de la plante. Il est parfois nécessaire de les décompacter un peu. Pour cette Tradescantia Zebrina, ce n’est pas nécessaire. C’est une bouture que nous avons mise dans la terre après qu’elle se soit détachée de la plante mère, au moment de la manipuler. 

Extraire la plante à transplanter

  • Nous vous recommandons d’arroser ou de tremper la plante dans une bassine ou un sceau rempli d’eau. Cela permet de sortir plus facilement la motte du pot et d’éviter que la terre ne se défasse. 
  • Si les racines sortent par les trous de drainage du pot, vous pouvez couper les racines qui dépassent avec un ciseau. Si elles sont très fines, elles repousseront sans problème. 
  • Pour extraire la motte, vous devez presser délicatement le pot placé la tête en bas. Utilisez une main pour soutenir la base de la plante. Avec l’autre main, pressez le pot en plastique pour démouler la plante, comme s’il s’agissait d’un flan.  
  • Pour les pots en céramique, il peut être nécessaire de donner de petits coups sur le fond du pot. Inclinez-le sur le sol ou tirez légèrement sur la base de la plante, si elle est de grande taille. C’est une étape qui demande beaucoup de délicatesse. Effectivement, une partie des racines va inévitablement se casser. 

Préparer la plante à être transplantée

  • Essayez de laisser la plante dans son pot jusqu’au moment de la transplanter dans le trou que vous avez préparé. Pour former un trou, aidez-vous d’une pelle ou d’un transplantoir. Faites attention à ce qu’il soit plus grand que la motte. En effet, la plante appréciera un trou de grande taille rempli d’un substrat spongieux qui favorise une croissance rapide des racines.
  • Ici, vous devez extraire la plante de son pot. Ceci va vous permettre de jeter un coup d’oeil aux racines. Si la plante est dans le même pot depuis longtemps, elle aura surement créé un amas de racines en spirale pour s’adapter à la forme du pot. Si tel est le cas, il est préférable de modifier la mémoire des racines en les bougeant avec beaucoup de soin et en essayant de les ouvrir. Toutefois, il est possible que cette étape vous inquiète un peu, par peur de faire du mal à la plante. Ne vous inquiétez pas, elle vous en sera reconnaissante. Profitez de cette étape pour retirer une partie de l’ancienne terre. Puis, déposez la motte dans la terre que vous avez préalablement préparée. Vous venez tout juste de lui attribuer un nouvel espace de croissance. Faites en sorte que la terre du sol ou du pot soit décompactée et aérée. 
  • Ici, vous devez exercer une légère pression au niveau des racines, afin qu’elles soient bien prises dans la terre. Une bulle d’air ou un espace creux au niveau des racines peut stopper leur croissance.
    Ajoutez le substrat, ou la terre, avec soin et utilisez vos doigts pour vous assurer que les racines soient bien entourées de terre. Cette étape doit se faire avec fermeté et douceur à la fois. Il n’est pas nécessaire de compacter la terre. Ceci empêcherait les racines de respirer.
  • Il est important que la couche supérieure de terre, qui était dans le pot d’origine, ne soit pas recouverte de terre après la transplantation. La base de la tige, ou du tronc, doit toujours rester au même niveau que la terre que vous ajoutez. Elle ne doit pas se trouver en-dessous. Même s’il existe quelques exceptions, vous éviterez les éventuelles moisissures.   
  • Ensuite, arrosez abondamment et généreusement pour que la motte adhère bien à la terre qui l’entoure. 

Transplanter des plantes d’intérieur

Pressez légèrement autour de la plante pour que la terre se mette en place. Arrosez abondamment après chaque transplantation.

Pour terminer, voici un conseil qui peut vous être utile. Avant de transplanter, nous vous conseillons de mener deux observations :

  1. Des racines apparaissent au niveau des trous de drainage du pot. Il est possible que votre pot soit devenu trop petit et que la plante ait besoin d’un espace plus grand. Ce n’est pas nécessaire de choisir un pot beaucoup plus grand. Préférez la taille directement au dessus. 
  2. L’observation de l’état des racines. Après un arrosage généreux, sortez la motte avec soin, afin d’observer le développement de ses racines. Peut-être y en a-t-il moins que ce que vous imaginiez. Dans ce cas, nous vous recommandons de laisser la plante dans le même pot.

Et vous ? Quels conseils de transplantation pouvez-vous partager avec la communauté ? Nous nous réjouissons de lire vos commentaires sur notre blog et sur les réseaux sociaux.

Si vous avez aimé cet article, nous vous invitons à lire Cultiver plusieurs plantes d’intérieur dans le même pot 

ManoMano
Auteur

Laisser un commentaire