Mot-clé

astuces

Parcourir

Savez-vous d’où viennent les couleurs de nos vêtements ? Vous avez sans doute déjà entendu parler des teintures naturelles pour les cheveux, mais il est également possible de teindre ses textiles avec des plantes. Et ce, grâce à l’impression végétale ! Cette pratique ancestrale qui consiste à extraire la couleur ou les colorants de plantes, nous fait (re)découvrir l’incroyable variétés de couleurs que la nature a à offrir. Une activité peu coûteuse, respectueuse de l’environnement et de sa santé, à découvrir de toute urgence. Par ici le mode d’emploi ! L’impression végétale contre la fast-fashion Se lancer dans l’impression végétale est avant tout une affaire d’exploration, de créativité et de reconnexion au mode “slowlife”. Avant de teindre, plusieurs étapes sont indispensables : la cueillette, le choix et la préparation de la fibre, la teinture… un procédé long, qui nous fait prendre conscience de l’impact environnemental de la fast fashion et…

La permaculture, c’est la culture de la permanence. Celle qui aide à créer des milieux les plus autonomes et résilients possible, en respectant le vivant. Impossible à appliquer sur son balcon ? Détrompez-vous, bon nombre de principes permaculturels peuvent être appliqués à des micro-surfaces, et vous assurer ainsi une très belle communion avec la nature. En avant les bons plan(t)s pour débuter sur ses 2 mètres carrés ! Prendre le temps d’observer en permaculture.  Dans un monde idéal, le vrai permaculteur est supposé observer son terrain pendant 1 an avant de démarrer son projet. Un an, c’est long… Quelques heures devraient faire l’affaire pour votre balcon. L’idée est de repérer les zones d’ombre et d’ensoleillement selon la journée et la saison, le vent, les zones abritées ou non… Différents écosystèmes peuvent se côtoyer, même sur quelques mètres carrés. Les identifier vous aidera à choisir les bonnes plantes, et les bons endroits où…

Où avez-vous aperçu pour la dernière fois des bottes de paille ? Certainement posées dans un champ, ou stockées dans un hangar de ferme, peut-être lors d’une course sportive en guise de délimitation… Ou bien auprès d’un jardinier aguerri, qui utilise la paille comme couverture du sol, pour conserver l’humidité et empêcher les herbes non désirées de pousser. Et si vous appreniez que l’on peut aussi se servir des bottes de paille pour créer son potager directement dessus ! Par ici les explications…  Les bottes de paille : une alternative très intéressante pour remplacer la terre.  Cette méthode simple et à la portée de tous suggère d’employer la botte de paille comme support de jardinage en remplacement de la terre. Après avoir préparé la botte, vous pouvez y planter toutes les plantes que vous souhaitez ! Cette technique offre de nombreux avantages :  En milieu urbain, le béton est roi.…

“Moi de toute façon, je n’ai pas la main verte”. C’est souvent l’argument que l’on entend de la part de celles et ceux qui ne se sentent pas très habiles avec leurs plantes. Avoir la main verte serait donc un talent inné ? Avec des élus et d’autres recalés à jamais du cercle très fermés des jardiniers accomplis ? Rassurez-vous, le syndrome de la main verte est une vieille légende infondée. La clef de la réussite réside en une recette toute simple : des conseils techniques très concrets et surtout, beaucoup de bon sens.  1. Se mettre en mode slow life et prendre le temps. Mettez au placard votre impatience, la nature ne fonctionne pas exactement de la même manière qu’un paiement sans contact. Lorsqu’on jardine, on se met au rythme des saisons. Le cycle de la vie d’une plante est long, parfois très long (le lys géant d’Himalaya fleurit…

Débuter un potager n’est pas compliqué. Bien au contraire. La première chose à faire est de se renseigner sur la région et plus particulièrement sur la parcelle qui vous appartient. Auprès de la mairie, du voisinage ou encore peut-être de l’espace naturel régional : ceci afin de connaître au mieux le terrain, les plantes qui s’y plaisent, les variétés de fruitiers qui se sont installés et même de certaines adventices qui permettront d’apprécier la nature du sol. On prendra aussi en compte les variétés d’arbres fruitiers locaux, les insectes et les animaux qui y vivent pour éviter de fournir un garde manger. Le plus important c’est votre sol Vous pouvez étudier le sol en faisant des prélèvements. Il vous faudra une pelle pour sonder et un récipient pour accueillir la terre. Savoir si le sol est sablonneux et/ou argileux est déterminant pour choisir vos variétés de légumes à planter dans les futures…