Nous sommes à la fin de l’été, il est temps d’échanger ses tongs pour des bottes imperméables, mais c’est aussi le bon moment pour récolter des graines ! Que ce soit sur votre balcon, dans les parcs ou au gré de vos promenades, la récolte des graines permet de perpétuer les variétés qui vous tiennent à coeur de reproduire. En route vers l’autonomie végétale !

Ici, se cachent des graines de coquelicots…

Semences paysannes VS semences hybrides

L’homme a toujours joué un rôle essentiel dans la sélection et la multiplication de plantes aux caractères les plus intéressants. C’est ainsi qu’autrefois les graines se transmettaient de génération en génération, comme un précieux héritage pour assurer de bonnes récoltes. Certains jardiniers et semenciers engagés continuent de conserver ces pratiques, mais se retrouvent confrontés aux lobbies des géants de l’agro-alimentaire.

On appelle aujourd’hui les semences reproductibles des variétés dites « anciennes » ou « paysannes ». De l’autre côté, les variétés « hybrides » ou « F1 » sont des semences qui ont été créées par l’industrie semencière. Ce sont des sortes de clones dont les caractéristiques sont très précises pour correspondre aux critères de la grande distribution, mais qui ne permettent pas d’assurer une descendance fiable et fertile, et donc l’autonomie des paysans.

C’est pourquoi apprendre à propager et protéger des variétés locales permet de reprendre contact avec des savoir-faire ancestraux, militer pour la protection du patrimoine alimentaire, mais aussi… obtenir des plantes gratuitement tout simplement ! 

Quelques règles de base sont à savoir.

 

Une sélection assidue

La première étape réside dans le fait de sélectionner la plante qui endossera le rôle de “porte-graines”.  Choisissez une plante dont les caractéristiques vous plaisent : sa vigueur, sa résistance face à la sécheresse ou à une maladie, sa beauté, son goût… etc.

Petit conseil pour les impatient.e.s : ne récoltez pas les graines issues de tubercules, rhizomes ou bulbes, elles ne donneront des fleurs qu’après plusieurs années…

Choisir le bon moment

Encore une histoire de patience : il faut attendre que vos plantes parviennent à pleine maturité avant de récolter vos graines. Pour vos légumes par exemple, la fin de leur cycle est souvent annoncée par une “montée en graines”. Les opercules contenant les graines doivent être bien secs et s’ouvrir d’eux-mêmes. Ils peuvent prendre des formes diverses tels que des longues cosses, des capsules rondes, etc. Pour ce qui est des fleurs, les graines se trouvent souvent à cœur. 

Oubliez les jours humides pour procéder à la récolte, au risque que les graines ne sèchent jamais ou germent un peu trop tôt. Certain.e.s s’aident du calendrier lunaire afin de choisir le jour idéal. 

La conservation

Vous l’aurez compris, il faut bannir l’humidité pour éviter la germination précoce. On peut stocker les graines dans une simple enveloppe de papier, ou de kraft, en se méfiant des contenants ou meubles qui contiennent des produits chimiques, qui pourraient les stériliser. On peut aussi les conserver quelques jours au congélateur pour s’assurer d’éliminer quelques intrus comme les insectes ou maladies. N’oubliez pas d’inscrire le nom de la variété et la date de sa récolte pour ne pas vous perdre. 

Parmi l’immense choix qui s’offre à vous, voici une petite sélection de plantes, que vous trouverez facilement dans les parcs ou jardins. Ces graines sont souvent prêtes à être récoltées à la fin de l’été. 

 

Voici une petite liste non exhaustive de plantes dont on peut facilement récolter les graines :

Plantes Période de récolte des graines Comment s’y prend t-on ?
Capucine Quand les fruits virent au vert-jaune. Laissez mûrir les fruits (ce sont aussi les graines !) à l’ombre.
Nigelle de Damas Quand les capsules sont presque mûres et que la partie supérieure s’ouvre. Coupez les tiges qui portent les fruits. Et laissez tomber les graines avec la tête en bas dans le sachet.
Œillet du poète Quand les fleurs ont fané et qu’elles sont presque sèches, et que de petites graines noires apparaissent. Laissez sécher sur un tissu à l’ombre. En frottant énergiquement, les graines se sépareront de la plante.
Soucis Quand les fleurs fanées ont bien séché. Frottez-les tout simplement entre vos doigts pour libérer les graines #freetheseeds.
Haricot Quand les gousses sont desséchées, mais encore fermées. Ouvrez la gousse.
Tomate Quand les fruits sont bien mûrs (mais pas pourris). Coupez les tomates et gardez-les dans un verre 2-3 jours. Enlevez la moisissure qui s’est formée en surface avec la fermentation. Versez les fruits dans une passoire, rincez-les et récupérez les graines. Faites-les sécher sur un torchon.
Bourrache En juillet-septembre, quand les petits fruits sèchent. Coupez les tiges en bouquet et laissez-les sécher la tête en bas dans un sac en papier.
Salade Quand le pied est monté en graines. Coupez et mettez à l’ombre les hampes. Laissez sécher sur un linge, puis secouez pour recueillir les graines.

 

Différentes variétés de haricots

Et maintenant, on partage ! 

Le meilleur moyen de conserver une variété, et de profiter d’un maximum de biodiversité, c’est d’échanger ses graines avec d’autres passionnés. Vous trouverez bons nombres de groupes de discussion sur Facebook par exemple, pour troquer des graines dans votre région. Vous pouvez également installer une grainothèque ! Proposez à votre mairie, bibliothèque ou école d’installer un petit lieu de troc de graines (une simple boîte peut suffir), afin d’échanger des sachets de graines avec les autres jardiniers aguerris de votre quartier, et découvrir ainsi de nouvelles variétés !

Et vous, quelles sont les graines que vous prenez plaisir à récolter ? 

ManoMano
Auteur

Rédigez un commentaire