Parasol – Autant en emporte le vent ?

L’été est là et avec lui le soleil qui nous fait de l’œil et nous invite à profiter de ses rayons et de sa chaleur. Nous pouvons enfin nous laisser tenter par des après-midi passées à lézarder au soleil ou à refaire le monde autour d’un bon repas qui s’éternise. Pour nous protéger des coups de soleil ou de bambou, on ressort notre vieil allié des vacances, le parasol, qui nous protège avec son ombre généreuse. Mais dès que le vent se lève, panique à bord. Il y a ceux qui se précipitent pour refermer leur parasol, ceux qui passent la moitié du repas la main agrippée au mât, ceux qui courent après le leur à travers la plage. Pour éviter que vos journées se transforment en film d’horreur, apprenez à reconnaître et choisir un parasol en qui vous pourrez avoir toute confiance, un parasol capable de résister au vent !

1. Les différents types de parasols

Pour bien choisir votre parasol, plusieurs critères rentrent en jeu. Tout d’abord son emplacement : sera-t-il positionné dans le jardin, sur une terrasse, un balcon, à la plage ? Ensuite combien de personnes doit-il protéger ? Un petit parasol de plage pour un enfant n’a pas grand-chose à voir avec un parasol déporté capable de protéger une table de 12 ! Il faut aussi adapter votre choix à la région dans laquelle vous vivez : Combien de mois va-t-il servir ? Est-ce qu’il sera exposé au mistral, à la tramontane ? Enfin, quel budget pouvez-vous mettre ?

Une fois que vous avez répondu à toutes ces questions, il ne vous reste plus qu’à choisir le parasol qui vous convient le mieux en vous aidant des très bons conseils que Jennifer donne à ce sujet. Elle vous aidera à faire la différence entre parasol droit, incliné ou encore parasol déporté. Elle vous explique l’intérêt des parasols ronds par rapport aux parasols rectangulaires ou encore les différents types de toiles possibles : coton, acrylique ou polyester.

Vous trouverez sûrement le modèle assorti à votre salon de jardin ou à votre balancelle.

2. Comment combattre l’ennemi suprême, le vent ? 

Avec le vent, les deux grands dangers pour votre équipement sont le déchirement de la toile et le risque qu’il tombe ou s’envole. Ouvert, il doit résister à un vent de 25 km/h. Les meilleurs tiennent tête à des rafales de plus de 50 km/h.

La résistance au vent de votre parasol va dépendre bien sûr du modèle choisi. Un parasol léger sera plus sensible au vent qu’un modèle plus important, plus grand, plus lourd. Les mats en bois sont plus fragiles, demandent de l’entretien, mais ils sont plus lourds et tiennent mieux au sol. La toile employée joue un rôle aussi. Les toiles en acrylique sont plus onéreuses, mais plus résistantes (de plus les couleurs tiennent mieux au soleil).

La bonne tenue au vent d’un parasol va aussi dépendre des baleines. Placées sous la toile, elles permettent de maintenir celle-ci en place malgré la pression du vent. Un modèle trop bon marché verra ses baleines céder facilement à la moindre bourrasque, c’est un peu comme les parapluies.  Des baleines flexibles assureront une meilleure gestion du vent. Le top, ce sont celles en fibre de verre qui assurent une souplesse optimale de l’ensemble.

Pour des régions très venteuses, vous pouvez choisir un parasol avec une toile textilène, très légère et extrêmement résistante. Ce ne sont pas encore les modèles les plus répandus, mais on commence à en trouver. Les parasols de grande envergure ont, en plus pour lutter contre le vent, un toit ou un bonnet anti-ventLe bonnet anti-vent est la pièce de tissu partiellement cousue au sommet du parasol. Quand le vent souffle, ce bonnet se soulève et laisse passer l’air, réduisant ainsi l’emprise du vent.

Le toit anti-vent est un peu comme un bonnet mais tendu sur une armature rigide, comme un mini parasol au-dessus de votre parasol. Il assure lui aussi une meilleure circulation de l’air et une plus grande résistance aux coups de vent.

Un autre point capital est le socle de votre abri. Pour un grand modèle, il faut qu’il soit assez lourd, en béton, fonte, ou granite. Pour les modèles déportés, il faudra placer des dalles sur le pied en croix. Le poids des dalles est proportionnel à l’envergure du parasol. Pour une toile de 3 mètres de diamètres, 80 kilos seront nécessaires, soit 4 dalles de 20 kilos. Si votre parasol est destiné à être placé toujours au même endroit, il peut être judicieux de le fixer au sol. Si au contraire vous le déplacez souvent, l’investissement dans un socle à roulette facilitera grandement son déplacement !

Enfin, si c’est votre balcon que vous souhaitez ombrager, pensez au store extérieur qui peut être une solution plus appropriée parfois.

3. Un cas particulier : la plage et son parasol

Un pare-soleil qui s’envole à la plage ça peut faire sourire. Mais ça peut faire souffrir aussi ! Le pied métallique projeté par le vent peut se révéler extrêmement dangereux s’il retombe sur quelqu’un. Il est donc particulièrement important de se préoccuper du bon arrimage de votre parasol lorsque vous êtes à la plage. Quelques précautions très simples à prendre :

– Ne pas en utiliser si la plage est trop venteuse

– L’enterrer plus profondément possible

– Tasser le sable tout autour du pied

– Le lester en accrochant des petits sacs de sable aux branches sous le parasol.

Il existe des pieds à visser conçus spécialement pour la plage . Vous pouvez aussi investir dans un parasol de plage avec pied vis intégré et mât en forme de manivelle à fixer directement dans le sol.

Une fois l’effort passé, à vous le réconfort sur votre chaise longue DIY, bien à l’abri du soleil !

Profitez-en bien !

Auteur

Laisser un commentaire