Débuter un potager n’est pas compliqué. Bien au contraire. La première chose à faire est de se renseigner sur la région et plus particulièrement sur la parcelle qui vous appartient. Auprès de la mairie, du voisinage ou encore peut-être de l’espace naturel régional : ceci afin de connaître au mieux le terrain, les plantes qui s’y plaisent, les variétés de fruitiers qui se sont installés et même de certaines adventices qui permettront d’apprécier la nature du sol. On prendra aussi en compte les variétés d’arbres fruitiers locaux, les insectes et les animaux qui y vivent pour éviter de fournir un garde manger.

Le plus important c’est votre sol

Vous pouvez étudier le sol en faisant des prélèvements. Il vous faudra une pelle pour sonder et un récipient pour accueillir la terre. Savoir si le sol est sablonneux et/ou argileux est déterminant pour choisir vos variétés de légumes à planter dans les futures années.
Cependant la texture et la structure d’un sol peuvent changer en apportant des amendements. En effet, un sol argileux est souvent lourd, froid et humide. Il faudra le travailler différemment afin de produire toutes sortes de légumes à la bonne saison.
Généralement on utilise de grosses machines pour le travailler la première fois comme un motoculteur ou une fraiseuse.

Pour l’alléger on peut y insérer du sable, de la cendre de bois et même apporter un amendement calcique comme la chaux. En revanche un sol sablonneux va nécessiter beaucoup plus d’arrosage et d’entretien au départ. Néanmoins, le travail du sol est facilitée et les plantations seront un peu en avance comparé à un sol argileux qui sera plus long à se réchauffer.

Les différents facteurs naturels importants

Il faut aussi bien réfléchir à l’implantation du potager qu’à son orientation par rapport au soleil, au vent dominant ,à l’exposition et aux arbres plantés aux alentours. 

En effet, si certains légumes ont besoin de soleil comme les tomates, les concombres, les aubergines. D’autres le craignent et ont besoin de plus d’eau et de fraîcheur comme la blette et certaines laitues. Certains légumes ont également besoin d’être protégés du vent et d’autres ont besoin d’ombre pour se développer. Il est alors temps de réfléchir à l’installation d’une serre qui prolonge les durées des cultures et apportent tous les bienfaits pour nos végétaux comestibles.

Il faut également travailler avec des espèces pouvant s’habituer avec les contraintes environnementales de votre potager. Privilégiez des essences se développant rapidement et peu sensibles aux maladies et aux parasites.

Installation d’un carré de potager en permaculture

En permaculture, il est de coutume de faire des carrés ou rectangles de potager à base de bois de palettes ou alors de bois naturel sans aucun produit, ni traitement. On peut également créer des petites buttes de terre en prenant le principe de lasagnes. Cette technique consiste à alterner des couches de matière organique verte (du gazon, des feuilles broyées ) avec des couches de matière organique brune (feuilles et/ou plantes mortes, copeaux de bois, etc.). La méthode va optimiser la dégradation et apporter du compost pour les futures plantations. Il faut éviter à tout prix de marcher sur les buttes pour éviter de tasser les planches de culture et de détruire les micro-organismes aérateur de votre sol.

Plantation des végétaux dans le potager

Il faut maintenant organiser les plantations. 
Les grandes plantes seront derrières et les plus petites seront devant pour profiter au maximum du soleil et également être protégé par les plus grands végétaux. On va également faire des mélanges de culture. Ceci permettra de repousser les attaques de parasites ou encore de champignons nuisibles.

Faites-vous plaisir en incorporant aux fruits et légumes des fleurs et des aromatiques. Par exemple, la lavande, l’hysope ou le thym vous serviront à de multiples occasions : infusions, assaisonnements pour vos repas, etc.

Éviter si possible de semer en ligne, mais plutôt à la volée dans tous vos massifs. Il convient de privilégier les plantes compagnes comme la laitue et les carottes, les tomates et le basilic… Attention certaines plantes sont incompatibles, comme par exemple la pomme de terre et les tomates qui font partie de la famille des solanacées.

Plant de framboise au potager

Les premiers gestes de jardinier

Les premiers gestes du jardinier sont assez simples. Vous allez commencer par désherber votre massif ou votre carré de potager à l’aide d’une binette. Supprimez tous les adventices, tout en laissant les plants arrachés sur les cultures afin de libérer les minéraux par la dégradation. Sauf si elles sont en graines pour éviter de les multiplier. 

Ensuite, vous pouvez ratisser légèrement et commencer les premiers semis ou les premières plantations. En ce moment, c’est la mâche, les épinards ainsi que les laitues qui arrivent doucement dans nos assiettes. 

À la bonne saison vous allez refaire exactement la même chose. Sauf que cette fois, on préparera les plantes d’été qui nous donneront d’Avril à Septembre.

Pour conclure cette partie, on évite de mettre au même endroit les mêmes cultures chaque année. Les fleurs présentes dans votre jardin potager vont permettre à la fois d’accueillir des insectes pollenisateurs, mais aussi des oiseaux qui s’occuperont de manger les petits pucerons et les chenilles présents. 

Choux qui pousse au jardin

Dernière chose très importante, il faudra pailler toutes vos cultures. L’objectif est de travailler le moins possible, mais de récolter le plus possible. Le paillage permet de conserver l’humidité de votre sol, d’éviter d’arroser vos légumes et donc de gagner du temps et de pratiquer un geste de jardinier écologique.

Le bon plan tomate du jour

Bonnes plantations et bonne dégustation !

Prenez le temps de découvrir nos articles de saison :
1. Automne, la saison préférée de votre jardin
2. Pilea peperomioides : la nouvelle plante tendance

Zeprodortie
Auteur

Enseignant en production horticole et aménagement paysager. Je développe un jardin en permaculture et biologique depuis plusieurs années. Je suis également apiculteur.

Laisser un commentaire