On ne la présente plus, l’aloe vera est la super-plante que l’on trouve dans toutes les jardineries, appréciée pour ses formes graphiques, ses propriétés dépolluantes, mais aussi sa facilité d’entretien, et ses nombreux bienfaits sur la santé, en usage interne comme externe. Amie des mains les moins vertes, cette plante est l’incontournable à adopter, et voici de quoi devenir incollable à son sujet, pour lui offrir le meilleur des accueils dans vos pots et jardinières. 

Un peu de botanique

L’aloe vera est une plante dite “succulente” ou “plante grasse” vivace, de la famille des aloéacées. Elle est aussi classée dans la famille des xantorhéacées et des asphodélacées, qui compte plus de 400 variétés. La plus connue et utilisée reste l’aloe vera des Barbades (aloe vera Barbadensis), facilement reconnaissable à ses longues feuilles persistantes dentelées, qui peuvent être aussi bien compactes et basses, que amples et hautes, et dont le vert vif tire parfois sur le gris-bleu. À maturité, l’aloe vera peut atteindre jusqu’à un mètre de hauteur. Ses épaisses feuilles renferment un suc au goût amer à la teinte foncée, qui enrobe lui-même le gel transparent que l’on connaît tous, utilisé en boisson et cosmétique.

Un peu d’histoire

Utilisée depuis l’Antiquité, l’Aloe vera a été adoptée pour ses vertus thérapeutiques dans les médecines traditionnelles de nombreuses régions tropicales et subtropicales du monde. On l’a pense d’abord originaire des îles du Cap Vert, au large des côtes sénégalaises. Mais elle s’est rapidement développée dans la plupart des régions africaines et dans le bassin Méditerranéen.  Après le Xe siècle, elle continue son déploiement en Inde, en Chine et ailleurs en Asie, puis en Amérique après le XIIe siècle. Un tour du monde complet ! 

Où placer son aloe vera ?

En France métropolitaine, l’aloe Vera se cultive plutôt en intérieur, bien que vous pourriez l’observer très épanouie en pleine nature dans certaines régions du sud. 

L’aloe vera apprécie les climats chauds et secs, et sa température préférée est comprise entre 18 et 21° degrés. De mai à septembre, il est donc possible de la sortir sans crainte. Attention toutefois au soleil en direct, qui pourrait brûler ou assécher trop rapidement ses feuilles. Oubliez tout de suite les pièces trop sombres et humides comme les salles de bains, l’emplacement idéal sera plutôt près d’une fenêtre ou sous une véranda. Constituée principalement d’eau, ne vous risquez pas à l’exposer à des températures nocturnes trop fraîches, car la gelée pourrait lui assurer une lente agonie. 

Deux jeunes aloes, issus des drageons d’un pied mère.

Comment l’arrose t-on ?

Bien qu’elle contienne au moins 90% d’eau, l’aloe vera n’est pas si exigeante en terme d’arrosage. Au printemps et en été, pensez à l’arroser une fois par semaine environ, lorsque le sol est sec en surface. En hiver, pendant le repos végétatif de l’aloe vera,  vous pouvez réduire la fréquence à un arrosage toutes les deux semaines. Généralement, il sera toujours plus facile de rattraper un manque d’arrosage, plutôt qu’un surplus, qui pourrait faire pourrir ses racines. Enfin, privilégiez une eau à température ambiante, la moins calcaire possible. Pour cela, vous pouvez récolter les eaux de pluie, ou bien filtrer votre eau du robinet. 

A t-elle besoin de fertilisant ?

L’aloès n’a pas nécessairement besoin d’engrais. Cependant, si vous voulez booster sa croissance et favoriser son enracinement, il est toujours possible de l’amender un peu au printemps-été, à raison de deux fois par mois maximum, à l’aide d’engrais naturel, tels que du jus de lombricompost dilué, ou du marc de café.

Et côté rempotage, l’aloe vera ça donne quoi ?

Là non plus, pas de stress. Vous pouvez transvaser votre plante dans un pot d’un diamètre légèrement supérieur tous les 2 à 3 ans, au moment du printemps, afin de renouveler son substrat, et la laisser ainsi s’épanouir et grandir. N’oubliez jamais d’investir dans un pot troué, et de rajouter une bonne couche de drainage au fond de votre pot (à l’aide de billes d’argile, graviers, morceaux de terre cuite cassés, pouzzolane…) pour éviter la noyade des racines. Le substrat choisi doit être riche en sable, comme le terreau pour cactus et succulentes, afin de favoriser ce drainage.

Tuto : comment transplanter vos plantes pas à pas !

La multiplication : en avant les semis et boutures !

Si votre aloe vera se plait bien dans son environnement, il est possible qu’elle finisse par faire des rejets à son pied que vous pourrez diviser. Rien de plus simple : retirez ces rejets à leur base, en essayant de conserver quelques racines. Puis replantez-les directement en terre, en n’oubliant pas d’arroser. Si vous vous armez de patience, il est aussi possible que vous profitiez de la floraison de cette plante, qui une fois les fleurs sèches, donnera des graines prêtes à être récoltées. Et que vous pourrez ressemer au printemps prochain.

Les ennemis de l’aloe vera.

L’aloe vera ne compte que très peu d’ennemis, outre un soleil trop direct et un arrosage trop généreux. Cependant, les cochenilles ne seraient pas contre s’installer sur ses feuilles, afin de se nourrir de sa sève. N’oubliez donc pas de vérifier régulièrement sous les feuilles qu’elles ne s’y cachent pas. Afin de contrer une éventuelle attaque, armez vous de savon noir et d’un peu d’alcool ménager (5ml de chaque) dans un litre d’eau, et aspergez cette solution en fine gouttes sur votre malheureuse victime.

Découvrez nos astuces pour lutter contre la cochenille.

Comment utiliser l’aloe vera ?

Pour celles et ceux qui ne se contenteraient pas de ses qualités ornementales et voudraient aussi profiter de ses vertus thérapeutiques, il est possible de récolter son gel. Il suffit de couper une feuille à la base puis de retirer sa « peau » pour découvrir la précieuse substance. Veillez à bien rincer le gel avant son utilisation. Si vous avez fait attention à vous procurer une plante bio, ainsi que du substrat bio, vous pourrez déguster ce gel. L’aloe vera est en effet ultra riche en vitamines A, B et C, en sels minéraux et autres acides aminés en tout genre. De quoi se préparer des smoothies de grande qualité

Côté application externe, le gel d’aloe peut aussi jouer le rôle de super hydratant, et de cicatrisant. Il possède des vertus anti-bactériennes et anti-inflamatoires, idéal pour des brûlures de types coups de soleil, de l’eczéma ou encore de l’acné ! D’autres l’utilisent même en soin capillaire, comme un gel, ou en soin pour avoir les cheveux plus soyeux et brillants.

Alors, prêt à adopter votre nouvelle meilleure alliée ?

ManoMano
Auteur

Rédigez un commentaire