Où avez-vous aperçu pour la dernière fois des bottes de paille ? Certainement posées dans un champ, ou stockées dans un hangar de ferme, peut-être lors d’une course sportive en guise de délimitation… Ou bien auprès d’un jardinier aguerri, qui utilise la paille comme couverture du sol, pour conserver l’humidité et empêcher les herbes non désirées de pousser. Et si vous appreniez que l’on peut aussi se servir des bottes de paille pour créer son potager directement dessus ! Par ici les explications… 

Les bottes de paille : une alternative très intéressante pour remplacer la terre. 

Cette méthode simple et à la portée de tous suggère d’employer la botte de paille comme support de jardinage en remplacement de la terre. Après avoir préparé la botte, vous pouvez y planter toutes les plantes que vous souhaitez ! Cette technique offre de nombreux avantages : 

  • En milieu urbain, le béton est roi. Alors, pour végétaliser, il faut souvent rapporter des matières organiques comme de la terre. Une opération coûteuse en transport, logistique, et qui pose des questions de portance, notamment quand il s’agit d’en rapporter sur un toit-terrasse. Or, la paille est beaucoup moins lourde que la terre. Inutile de remplir pendant des heures un contenant à la pelle. Avec la paille, vous n’avez qu’à poser votre botte au sol, et voilà votre substrat (presque) prêt pour les plantations. 
  • La paille, grâce à sa structure aérée, offre un excellent drainage. Les racines de vos plantes ne seront jamais noyées, même après une grande averse (toutes proportions gardées bien sûr).
  • Les bottes permettent de jardiner de façon surélevée, adieu les lumbagos !
  • C’est un substrat qui ne nécessite aucun travail de bêchage, et les adventices s’y développent beaucoup moins (voir pas du tout !) qu’en pleine terre. 
  • La botte de paille est peu coûteuse, elle s’intégrera parfaitement dans la création d’un petit projet de potager à faible budget. 
Exemple de cultures sur bottes de paille à l’Agronaute, à Nantes.

Alors on s’y met ? Voici le matériel à prévoir : 

  • 1 botte de paille.
  • De l’engrais riche en azote.
  • 1 thermomètre numérique, dont la sonde mesure au moins 15 cm, que vous pourrez trouver au rayon cuisine en quincaillerie.
  • Tout ce que vous voulez faire pousser : graines, plants…

1. L’apport d’azote : la clef de la réussite. 

Il va falloir apporter à votre paille des nutriments organiques riches en azote pour favoriser la croissance des plantes. Avec de la drêche de bière, par exemple, du purin d’ortie, du sang séché en granulés… Le premier jour de l’installation de votre botte, vérifiez la température de celle-ci à l’aide du thermomètre, elle doit se trouver autour de 26 °C. Étalez l’engrais sur la surface de la botte et arrosez copieusement.

Culture de choux intensive sur des bottes de paille
De belles récoltes de choux en perspective !

2. Hydratation à foison.

Durant les 4 premiers jours, arrosez chaque jour votre botte. Sa température interne devrait largement augmenter, signe que la matière se décompose. Le 5e jour, rajoutez encore un peu d’engrais. Puis répétez la même opération 2 jours plus tard. Au bout de 2 semaines, la température devrait être redescendue à 26 °C, c’est le signe que votre botte est prête à recevoir vos plantations.

Pour les plus patients d’entre nous, vous pouvez aussi zapper l’apport en engrais et arroser vos bottes chaque jour pendant 1 mois. L’arrosage déclenche le processus de dégradation interne à lui seul, mais ne promet peut-être pas une pousse aussi « efficace » pour vos plantes qu’avec l’apport d’engrais. Faites le test et voyez par vous-même. 

3. Les bottes de paille sont une véritable éponge. 

Très poreuse, la botte de paille fonctionne comme une éponge, il faudra donc l’arroser et lui apporter de l’engrais régulièrement. Choisissez un jour nuageux ou une heure tardive dans la journée, pour éviter le stress hydrique durant la transplantation de vos plants. Vous pouvez semer aussi directement, comme sur un terrain classique.

Paille décomposée dans une brouette
Une fois la paille décomposée, elle deviendra un excellent compost.

4. Du compost en cadeau d’adieu. 

En fin de saison, vos bottes se seront complètement décomposées. Munissez-vous d’une pelle et d’une brouette, et épandez cette paille dégradée sur vos autres cultures pour enrichir le sol comme du compost. Attention toutefois avec les bottes qui ont accueilli des maladies. Pour celles-ci, c’est direction la poubelle, pour éviter les contagions sur d’autres plantes.

Alors, prêt à tenter l’expérience des bottes de paille ?

Réf. « Jardiner sur des bottes de paille, collectif, Marabout, 2018. »

À découvrir également :

ManoMano
Auteur

Rédigez un commentaire