Objectif zéro déchet (inutile) ! Tous vos résidus alimentaires ne sont pas bons à jeter à la poubelle. Notre article va vous le démontrer.
Certains déchets plus que d’autres favorisent la production et le développement de vos cultures en jardin. C’est l’art du compost. Que vous soyez un roi ou une reine de l’activité ou que vous n’ayez jamais eu la main verte, transformez simplement vos résidus en engrais naturel. Réduisez vos déchets alimentaires à l’aide de nos conseils !

Le compost est plus que jamais à portée de main. Suivez, pas à pas, les étapes de notre article pour booster naturellement vos cultures. Vous penserez à nous envoyer une corbeille de plantes, fleurs, fruits et/ou légumes.

Qu’est-ce que le compost ?

Le compost est le résultat du compostage :  processus de décomposition de la matière organique dans lequel les micro-organismes, les champignons, les vers de terre et l’oxygène jouent tous un rôle. Le compostage prévient les mauvaises odeurs et empêche les déchets que vous générez de pourrir. Vous créez ainsi cet engrais de haute qualité connu sous le nom de compost.

Pourquoi faire du compost ?

Vous n’êtes pas tout à fait convaincu ? Avant d’apprendre à faire du compost, voici d’autres excellentes raisons de faire son propre engrais en compostant.

  • Le compost est une solution 100 % naturelle pour la fertilisation des sols et ne contient aucune substance chimique (qui détériorent la qualité du sol et le polluent).
  • Il favorise la croissance des plantes.
  • Il vous permet de recycler vos déchets ménagers, de réduire les déchets organiques et de contribuer à la réduction des problèmes environnementaux liés à leur transport et à leur traitement.
  • Le compost peut constituer une bonne façon de travailler au sein d’une communauté(vous pouvez essayer d’installer un composteur dans votre quartier ou dans la cour commune de votre immeuble).

De quoi avez-vous besoin pour faire du compost ?

  • Matière organique (attention, il s’agit uniquement des déchets verts de la maison)
  • De la terre
  • Des feuilles sèches
  • D’humidité et d’oxygène

Que peut-on composter ?

Déchets alimentaires :  légumes, peau de fruits et coquilles d’œuf
  • Des déchets de fruits et légumes (à l’exception des peaux de bananes et d’agrumes recommandées en plus petites quantités).
  • Des feuilles de thé et du marc de café. Vous pouvez également composter les filtres, mais si vous utilisez des sachets de thé, faites attention aux agrafes !
  • Des fleurs et des plantes aux alentours de la maison.
  • De la sciure, des copeaux et des cendres de bois (non traité et non aggloméré).
  • Les coquilles d’œufs.
  • Les déchets de jardinage et de potagers.
  • Les déchets verts provenant de l’élagage des arbres, des buissons et des haies (coupés à l’avance) et de l’herbe coupée.
  • Des déchets ménagers : papier absorbant, boîtes à œufs en carton ou en carton ondulé, journaux (non imprimés en couleur).

Comment faire du compost

1.   Investissez dans un composteur ou un lombricomposteur

Vous devrez placer le composteur près du sol dans un endroit humide ou à l’ombre. Si vous vivez dans un appartement, vous pouvez utiliser un lombricomposteur et le mettre sur votre terrasse.

Composteur de jardin en bois fait main

Exemple d’un composteur de jardin simple

Lombricomposteur en plastique

Exemple de lombricomposteurs d’intérieur

2.   Ajoutez de la matière organique

Composteur rempli de déchets alimentaires

Ajoutez d’abord une couche de matériaux secs (feuilles, branches). Ensuite, ajoutez les déchets organiques que vous voulez recycler et arrosez bien.

Si vous préférez, vous pouvez couper ou broyer les déchets pour accélérer le processus de compostage.

3.   Ajoutez de la terre

Homme renversant des déchets alimentaires dans un composteur

Ajoutez une autre couche de matériaux secs et recouvrez-la d’un peu de terre.

4.   Mélangez tout !

Bois à compost avec fourche à fumier apposée sur le côté

Vous devrez remuer le mélange de temps en temps. Comme précédemment mentionné, le processus de compostage nécessite de l’oxygène. Utilisez une houe, une fourche à bêcher ou une fourche à fumier comme celle illustrée sur la photo.

Comment savoir si le compost est prêt ?

Homme tenant de l'engrais naturel dans les mains

Il faut compter environ 4 à 6 mois pour que votre engrais organique (compost) soit prêt.

Quant à la quantité, elle dépendra du pouvoir absorbant des matières utilisées dans le mélange de compost (la quantité elle-même, si elle est broyée ou non, combien de fois vous la mélangez, etc.).

Àtitre indicatif, vous produirez environ 20 kg de compost pour 100 kg de déchets organiques.

Et voilà ! Vous savez maintenant comment faire du compost !

Éléments à prendre en compte tout au long du processus de compostage

1.   La température

En raison de l’activité des micro-organismes en développement, votre compost se réchauffera jusqu’à environ 60° C. Cette température diminue généralement petit à petit. Si ce n’est pas le cas, vous devez vérifier à quoi ressemble le compost :

  • S’il est très sec : des champignons gris peuvent apparaître. Pour abaisser la température, vous devez arroser le compost pour qu’il retrouve son taux d’humidité nécessaire.
  • S’il dégage une odeur étrange ou a une apparence verdâtre : cela signifie qu’il y a trop d’eau dans votre compost. Pour y remédier, ajoutez plus de matières sèches (branches, feuilles, herbe sèche).

2.  Les micro-organismes

●     Compost frais ou demi-mûr

Après avoir atteint des températures élevées ou un pic de chaleur, vous pourrez apercevoir des vers frétillants sur le dessus (leur corps est rosé et parcouru d’anneaux blancs). À ce stade, le compost est qualifié de frais ou demi-mûr. Il peut être utilisé pour l’épandage sur des sols pauvres ou sablonneux, ou autour de plantes et semences.

●     Compost mûr

Le compost mûr, comme le compost demi-mûr, peut être utilisé pour planter des arbres ou des buissons. Sa principale caractéristique est son aspect noir.

Techniques de compostage

Il existe trois techniques dont vous devez tenir compte lorsque vous apprenez à faire du compost organique. La technique que vous choisirez dépendra de l’espace et du temps que vous pourrez y consacrer.

1.  Compostage en tas

Il s’agit de faire un tas d’engrais. Vous pouvez le faire si vous disposez de beaucoup d’espace (un grand jardin ou un potager/verger). Bien que cette technique soit similaire à la technique des couches expliquée ci-dessus, ici les couches se chevauchent horizontalement. Ce processus est beaucoup plus rapide.

2.  Compostage en silo

Pour cette méthode de compostage, vous avez besoin d’un grand contenant, généralement rond ou en bois, que vous recouvrirez ensuite d’un film plastique transparent. L’un des côtés doit être amovible afin de faciliter le suivi du processus de compostage.

3.  Compostage en surface

La décomposition des déchets se fait donc directement dans le sol. Les déchets seront déposés sur le sol, où vos cultures seront plantées, jusqu’à leur décomposition.  Il s’agit de la technique la plus simple, ne nécessitant aucun travail supplémentaire.

Compost en bois ouvert

Ces conseils ont surement réussi à cultiver votre envie de jardiner. C’est le cas ? Découvrez toutes nos astuces pour un gazon au poil.

ManoMano
Auteur

Laisser un commentaire